Arabe cité : Violence, bagarre et drogue

De nos jours beaucoup de pays parle arabe le mot Arabes désignait à l’origine les habitants de la péninsule Arabique, dont une partie parlait l’arabe (au nord et au centre de la péninsule), une autre s’exprimait dans des langues différentes (au sud). Aujourd’hui, on entend par Arabes des populations liées par la pratique de la langue arabe et/ou la culture arabe, réparties sur une vaste zone qui s’étend d’Oman à la Mauritanie ; cela comprend la majorité des habitants de la péninsule Arabique, du Machrek et du Maghreb qui parlent des variantes de l’arabe, une langue sémitique. Ces pays appartiennent pour la plupart à la Ligue arabe. Mais pour d’autres le mot Arabe signifie, manque de loi, drogue, violences… La violence dans la société musulmane commence à la maison, contre les enfants et les femmes. 

Les cités arabes : une violence qui fait fureur

La violence dans la société musulmane commence à la maison, contre les enfants et les femmes. Les violences contre les femmes désignent l’ensemble des comportements individuels ou collectifs violents reposant exclusivement sur une question de genre. Elles sont associées aux mariages forcés, grossesses forcées ou avortements forcés, mutilations génitales, lapidations, défigurations à l’acide et autres crimes d’honneur, esclavages, agressions sexuelles et violences conjugales sans recours, trafic de femmes, esclavage sexuel, privations traditionnelles ou politiquement tolérées de libertés et droits humains fondamentaux dans la condition féminine.

Chez les Arabes la violence contre l’enseignement est aussi un des grands problèmes chaque société prévoit des sanctions contre ceux qui violent ses normes. Cela provoque une guerre non seulement avec ses proches mais aussi avec d’autres personnes de son entourage. Les répercussions de la violence contre les femmes se font sentir dans toute la famille et dans tout l’entourage. Les enfants ne sont jamais épargnés par la violence qui règne dans leur famille. Ils souffrent, sont fragilisés et peuvent présenter des troubles tels que sentiments d’insécurité, angoisse, culpabilité, troubles du sommeil ou de l’alimentation, difficultés d’apprentissages ou relationnels.

Souvent, ils voudraient pouvoir intervenir et se chargent d’un rôle protecteur trop lourd pour leur âge. Ils sont animés de sentiments contradictoires et ne peuvent dénoncer la violence que leur mère subit, pris dans des conflits de loyauté entre leurs deux parents.

Les enfants qui vivent dans un climat de violence risquent également de développer un haut niveau de tolérance à la violence. Ils présentent donc plus de risques de devenir eux-mêmes victimes ou auteurs d’actes de violence. La violence restreint la liberté de mouvement des femmes qui en sont victimes. Le coût économique direct de la violence contre les femmes est énorme, car elle entraîne une diminution de la participation des femmes au marché de l’emploi, une baisse de leur productivité au travail et une augmentation de leur taux d’absentéisme. Comme le relève Amnesty International, le coût indirect résultant de la participation amoindrie des femmes au développement social est pour sa part impossible à mesurer dans la société.

La drogue : un fléau qui circule dans les cités

En Arabe beaucoup de personnes vendent ou prennent de la drogue surtout les jeunes. Tout cela est dû à un manque d’argent la drogue modifie notre perception de la réalité en agissant sur le système nerveux central. Donc, c’est une substance indiscutablement nuisible à notre vie. Pourquoi les jeunes se droguent-ils alors ?

Les adolescents se droguent d’abord par curiosité. C’est sans doute évident qu’un adolescent veut expérimenter un produit toxique dont on parle beaucoup dans son groupe, comme la première cigarette par exemple qu’il veut gouter, parfois en cachette. Ensuite, c’est par imitation qu’ils se droguent. En effet, si dans un groupe de copains ou au sein de la famille, quelques individus influents se droguent, le jeune se voit dans l’obligation de les suivre pour être accepté et reconnu, c’est-à-dire, prendre lui aussi sa dose de drogue, sinon il risque d’être exclu du groupe. Les conséquences de ce comportement sont multiples et très dangereuses.

On constate que beaucoup de personnes, surtout les jeunes, se donnent de plus en plus à la drogue. Ils tombent sous l’effet désastreux de cette substance mortelle.

Be the first to comment on "Arabe cité : Violence, bagarre et drogue"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*